Sylvie Parent répond à Doreen Assaad sur des dossiers d’Agglomération

La mairesse de Longueuil, Sylvie parent, tient à apporter certaines précisions à la suite de la publication d’une lettre ouverte de la mairesse de Brossard sur les échanges et la collaboration entre les villes de l’agglomération.

La mairesse de Brossard, Doreen Assaad reprochait une faille dans le travail d’équipe de la part Sylvie Parent et un manque d’écoute par l’administration centrale.

Elle lui reprochait aussi d’avoir produit un mémoire dans le cadre de la consultation prébudgétaire du gouvernement du Québec, au nom des cinq villes de l’agglomération de Longueuil.

Ce travail aurait été fait sans consultation de tous les maires.

Résultat, l’agglomération de Longueuil n’obtient pas de Québec une pleine reconnaissance de son statut de pilier de la Montérégie, et le financement qui va avec, pense Doreen Assaad.

D’abord, Mme Parent se dit en accord avec Doreen Assaad sur le caractère inéquitable des sommes dévolues aux différents fonds d’aide du gouvernement du Québec qui pénalisent l’ensemble de l’agglomération, comme le soulevait Mme Assaad dans sa lettre.

Cependant, là où Sylvie Parent est en désaccord avec son homologue brossardoise est sur la collaboration entre les cinq villes.

Elle pense notamment au retour de la table des maires pour identifier des orientations communes, et convenir de des différends, entre eux, et poser des actions concrètes pour le bien de tous.

Puis, elle rappelle que l’agglomération de Longueuil est le moteur économique de la Montérégie au bénéfice de toute la grande région sans qu’il soit nécessaire de devenir une région administrative en soi.

Pour ce qui est du mémoire de la consultation prébudgétaire la mairesse de Longueuil rappelle que les maires ont tous été tous avisés de cette initiative et que certains maires lui avaient transmis leurs observations, mais pas Doreen Assaad.

Dans le dossier du Règlement de partage des dépenses mixtes, aussi critiqué par la mairesse de Brossard qui dit que c’est une occasion ratée de renforcer l’appartenance de ses citoyens à l’agglomération, Sylvie Parent répond que c’est risible.

Elle ajoute que de nombreux efforts ont été déployés au cours des derniers mois et que Mme Assaad le sait bien et qu’elle le sait et donc, c’est une occasion ratée pour elle au grand dam des citoyens de sa ville.

Enfin, Mme Parent souligne que le climat est froid, surtout avec les incessantes demandes d’appels juridiques de Brossard à la suite des jugements de cour dans lesquels Brossard se voit déboutée.

De fait, les deux mairesses ont possiblement une volonté de régler ces différends et de trouver un terrain d’entente en 2020.

Auteur: Henri-Paul Raymond