Deux commissions scolaires préoccupées par leur abolition

Les Commission scolaire des Patriotes (CSP) et Marie-Victorin (CSVM) ont exprimé de sérieuses réserves face au projet de loi 40 du gouvernement Legault.

Le projet de loi veut la transformation des commissions scolaires en Centres de services.

Québec souhaite principalement abolir les élections scolaires et refondre la gouvernance en éducation.

La CSP et la CSMV dénoncent la perte de pouvoir qui sera désormais centralisé à Québec et soutiennent que leurs élus connaissent mieux que quiconque les besoins sur leur territoire.

Elles craignent que le changement ait des conséquences sur la réussite des élèves.

La CSVM affirme qu’elle fera respecter la légitimité du Conseil des commissaires tant que la loi ne sera pas adoptée.

De son côté la CSP veut agir dans l’intérêt des élèves, peu importe l’issue du projet.

Les centres de services seraient des conseils d’administration avec 16 membres non payés, soit 8 parents, 4 personnes issues de la collectivité et 4 représentants scolaires.

Auteure: Magalie Masson