Le Syndicat de Champlain s’inquiète de la pénurie de personnel de soutien

Le Syndicat de Champlain prend très au sérieux la pénurie de personnel de soutien dans les écoles qui, selon son président Éric Gingras, pénalise tout le corps enseignant.

En bout de ligne, cette situation affecte aussi les services donnés aux élèves.

Il met la faute sur les différents gouvernements et ministres de l’Éducation qui ont sous-estimé l’apport de ressources actuelles dans le milieu.

Éric Gingras indique que l’apport du personnel de soutien, les secrétaires, les techniciens ou les éducatrices est mal connu des instances décisionnelles et il faut assurer la stabilité des équipes.

Le Syndicat s’adresse maintenant au nouveau ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge pour l’inciter à miser plus sur le personnel de soutien et à augmenter les ressources humaines, les heures et les tâches.

Éric Gingras compte aussi sur l’appui des commissions scolaires pour interpeller le gouvernement.

M. Gingras était en compagnie d’Éric Pronovost, président de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSSCSQ).

Auteur:Henri-Paul Raymond