Cri du cœur à Ottawa de l’industrie aérospatiale

L’industrie de l’aérospatial lance un cri du cœur au gouvernement du Canada pour obtenir une aide à la relance.

Ce domaine est durement touché et risque d’être en péril depuis le début de la crise sanitaire et la fermeture de plusieurs frontières.

Les activités ont été considérablement ralenties sur tous les aspects de cette industrie.

Plusieurs dirigeants d’entreprise en aérospatiale ont donc rédigé et envoyé une lettre aux relents de survie au premier ministre Justin Trudeau et à la vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland.

Le directeur de l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) à Longueuil, Pascal Désilets, est aussi signataire de la lettre d’appel à l’aide lancé par une industrie affaiblie économiquement.

Il faut savoir que l’ÉNA forme la relève dans plusieurs domaines de l’aviation.

En un mot, cette missive invite Ottawa à intervenir pour supporter une industrie qui génère des revenus de 31 G$ et fait travailler 213 000 Canadiens à l’échelle du pays.

Auteur : Henri-Paul Raymond