Saint-Lambert : impasse sur la politique d’harcèlement psychologique

Toujours pas de politique concernant le harcèlement psychologique ou sexuel et la violence en milieu de travail pour la Ville de Saint-Lambert.

En séance ordinaire du mois de juillet à l’hôtel de ville, l’adoption d’une telle politique était à l’ordre du jour. Cependant, un vote a rapidement été demandé à la table. Les conseillers Francis Le Chatelier, Bernard Rodrigue, Loïc Blancquaert et France Désaulniers se sont prononcés en opposition à l’adoption de la politique.

Les élus Philippe Glorieux, Julie Bourgoin, David Bowles ainsi le maire Pierre Brodeur se sont dits en faveur.

Puisque le vote s’est conclu avec un résultat nul de 4 contre 4, la proposition a été rejetée. 

Le conseiller Francis Le Chatelier a tenu à expliquer pourquoi il est en défaveur.

Le maire Brodeur a déclaré que le point serait abordé lors de la prochaine séance du conseil municipal.

Depuis le 1er janvier 2019, selon la Loi sur les normes du travail, tout employeur est tenu de produire et de rendre accessible à ses salariés une politique de prévention du harcèlement psychologique et de traitement des plaintes.

Cette politique doit également comprendre un volet sur le harcèlement sexuel.

Auteure : Laurence Dami-Houle