Santé publique Montérégie se soucie de la violence en confinement

La Direction de santé publique de la Montérégie publie sur son site Facebook des avis relatifs aux risques de violence en période de confinement.

Une situation prise au sérieux par la Santé publique et par l’organisme «SOS violence conjugale».

Les messages transmis soutiennent que le confinement peur augmenter les tensions et les épisodes de violence dans beaucoup de foyers.

C’est également ce que semblent confirmer les nombreux messages postés par des femmes sur le site de l’organismes SOS violence.

La campagne de sensibilisation porte sur l’échange de textos entre un homme violent et sa compagne.

Les réactions de femmes de partout en province semblent confirmer que ces situations ont été vécues par plusieurs d’entre elles ces derniers temps.

Une de ces femmes réside à Saint-Hubert et affirme l’avoir vécue.

Elle devait appeler son compagnon et lui parler durant toute son heure de dîner, sans avoir le temps de manger et devait se rendre chez lui après son travail.

Plusieurs autres soutiennent avoir vécu un stress énorme poussant jusqu’à la peur et la honte.

Comme le disait la ministre Geneviève Guilbault la semaine dernière, une période de couvre-feu peut faire monter la tension et il ne faut pas hésiter à quitter son foyer et à demander de l’aide.

Journaliste: Henri-Paul Raymond