Luc Poirier dit être dans ses droits dans le dossier de la briqueterie de La Prairie

L’entrepreneur Luc Poirier poursuit toujours les travaux de remblaiement de l’ancienne carrière à la Prairie. 

La firme d’avocats qui le représente, Daigneault avocats Inc., était entendu, le lundi 9 décembre, en Cour supérieur pour un jugement déclaratoire donnant raison à l’homme d’affaire.

Ce dernier rassure les citoyens, notamment, des biologistes récemment interrogés par un quotidien, à savoir que le lieu n’abrite aucun milieu humide.

D’ailleurs, avant d’acheter le site de l’ancienne briqueterie, de près de 12,3 millions de pieds carré, l’entrepreneur dit avoir fait ses devoirs de recherche.

Le FM 103,3 a eu accès à toutes les études fournies par les différents ministères consultés par Luc Poirier et a visité le site de l’ancienne carrière pour constater de l’état des travaux.

Luc Poirier a déboursé 23 M$ pour le site et il souhaite avoir l’aval de la Ville de La Prairie pour son projet domiciliaire d’Acti-Cité.

Ce développement immobilier permettra à terme de reverdir le site et d’y construire une piste cyclable de plus de 9 km.

D’autres parts, un Règlement de contrôle intérimaire (RCI 190) permet à la Ville de La Prairie un temps de réflexion concernant l’avenir de l’aménagement de ce terrain. 

Seuls les usages déjà en vigueur sont maintenus pour l’instant, dont les activités de remblayage, selon une entente datant de 2011, et en conformité avec les normes environnementales du Gouvernement du Québec.

La Ville de La Prairie a refusé d’accorder une entrevue au FM 103,3 puisque le dossier est judiciarisé.

Auteur : FM103,3