COVID-19 : Boucherville règle les dépenses imprévues grâce aux surplus budgétaires

Le portrait des finances de la Ville de Boucherville s’annonce reluisant, malgré les dépenses imprévues qui découlent de la crise sanitaire de la COVID-19.

Le maire Jean Martel a rendu public cette semaine le rapport financier 2019 qui fait état d’une baisse de 5% de la dette non-subventionnée et des surplus de 5,7 M$.

Ces surplus ont permis de faire face aux conséquences de la pandémie, a-t-il déclaré.

Selon les faits saillants du document déposé, notons une hausse de la taxe foncière limitée à 1% (une première en six ans) et des revenus de 4,2 M$.

Boucherville est également devenue propriétaire a 100% du Centre multifonctionnel Francine-Gadbois, en épongeant la dernière créance de 500 000$.

Maintenant selon les projections de la période du mois de mars au mois d’août de l’année en cours, Boucherville perd l’équivalent de 1 M$ en revenus.

La Ville ne peut plus compter sur les revenus des activités estivales, telles que les « Rendez-vous champêtres », un manque à gagner de 500 000 $.

Depuis le début de la crise sanitaire, la mise à pied de 25% du personnel a été nécessaire, pour économiser environ 600 000$ en salaires.

Écoutons le maire Jean Martel.

M. Martel explique par ailleurs que l’achat de masques et des affiches rappelant les consignes de la Santé publique, font partie des dépenses imprévus.

Auteure : Katina Diep

Extraits sonores et image courtoisie de TVRS