Le CAPA-L amorce une nouvelle bataille

Le comité anti-pollution des avions – Longueuil (CAPA-L) reprend du service pour s’opposer à l’arrivée prochaine à l’aéroport de Saint-Hubert de Boeings 737-200.

Ces avions sont utilisés par la compagnie Chrono Aviation pour desservir la compagnie Baffinland Iron Mine, une mine de fer située sur l’île de Baffin, au Nunavut.

Selon le CAPA-L, ces Boeings ont été bannis de plusieurs pays de l’Europe et les vols, effectués à Mirabel par la Compagnie Nolinor jusqu’à la fin mars, ont dû quitter l’aéroport international de la région de Waterloo, Ontario en 2016.

Les citoyens voisins de l’aéroport se sont plaints du bruit et le scénario risque de devenir identique à Saint-Hubert.

La porte-parole du CAPA-L, Johanne Domingue, dénonce l’attitude de DASH-L et de la Ville de Longueuil face à l’arrivée de Boeings 737-200 à Saint-Hubert.

Elle mentionne que ça n’a jamais fait partie d’une consultation publique, ni d’un point à l’ordre du jour du comité consultatif sur le climat sonore qui ne s’est pas rencontré depuis un an.

Le CAPA-L veut interpeler les élus de Longueuil mardi lors de la séance publique du conseil de ville.

Nous attendons des réponses de la part de DASH-L et de Chrono.

Auteur: Henri-Paul Raymond