Trois maires votent contre le budget de l’Agglomération

Les membres du conseil d’agglomération viennent d’adopter le budget 2020 d’une hauteur de 377 M$ dans la division, puisque trois maires se sont prononcés contre.

Ce sont les maires de Saint-Lambert, de Saint-Bruno-de-Montarville et la mairesse de Brossard.

Seul Martin Murray avoue qu’il aurait voté en faveur de ce budget en hausse de 3,4 %, soit 12,5 M$, mais qu’il s’est prononcé contre pour respecter la décision du conseil municipal de Saint-Bruno.

Les conseillers étaient en fait favorables à la partie du budget alloué au Réseau de transport de Longueuil, mais contre celui de l’agglomération

La hausse est relative notamment à l’indexation de la rémunération, des prix des produits chimiques et des contrats de traitement des matières résiduelles (6,8 M$) et l’augmentation de la contribution obligatoire à l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) de 2,6 M$.

Il y a aussi la création de deux nouvelles réserves financières pour le réinvestissement en infrastructure dans le traitement des eaux potables et usées pour assurer la pérennité des infrastructures.

Pour la mairesse de Brossard, Doreen Assaad qui a déposé un document disant que sa Ville trouve que le budget découle d’un processus déficient et qui divise les villes et les affaiblit face au gouvernement du Québec.

Elle pense aux dépenses à la hausse qui ont un impact sur le budget, comme les renouvellement de contrats à soumissionnaire unique, ou celui au Service de police, elle affirme que ça aurait été avantageux si les Villes avaient fait d’autres choix et s’étaient mis à l’écoute des citoyens des autres villes de l’agglomération.

Pour sa part, la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent trouve dommage qu’il y ait eu trois votes contre en rappelant que chaque fois que la question était posée pour savoir où couper, la question demeurait sans réponse.

Elle ajoute que certaines demandes étaient pour avoir plus de service policier et de transport collectif, avec les mêmes défis financiers, en bout de piste.

Elle trouve que le budget en est un de responsabilité.

Enfin, pour limiter l’impact de la croissance des quotes-parts, 2,4 M$ seront puisés dans les surplus de l’agglomération.

La hausse des quotes-parts des villes liées s’élève à 13,7 M$, soit une hausse moyenne de 4 % par rapport à 2019.

Elles sont basées sur le potentiel fiscal et varient selon le développement immobilier des villes.

Auteur: Henri-Paul Raymond