La grève est momentanément évitée chez les transporteurs scolaires

Les conducteurs d’autobus scolaires veulent uniformiser leurs conditions de travail

Les conducteurs d’autobus scolaires membres de la Fédération des employées et employés des services publics-CSN (FEESP) de la Montérégie souhaitent se mobiliser afin d’harmoniser leurs conditions de travail dans la région et la province.

Présentement, la rémunération horaire des conducteurs peut varier entre 11 et 20$ environ.

Une disparité qui s’explique par le système d’appels d’offres utilisés par le commission scolaires.

«Quand [les commissions scolaires] vont en appel d’offres, elle choisissent le transporteur qui coût le moins cher. Alors, on s’attend à ce que ce soit aussi le transporteur qui paye le plus bas leur conducteurs. Ils n’ont pas de rapport de force ces travailleurs. Quand la commission scolaire parle avec les transporteurs, elle demande soit que la convention collective soit déjà signé ou bien s’il y a un arrêt de service, ils peuvent mettre fin au contrat du transporteur», explique Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie.

Lors d’un processus d’évaluation des emplois, les associations de transporteurs, les syndicats des conducteurs et le gouvernement s’étaient entendus sur un taux horaire de 19,14$, en janvier 2015.

Par contre, depuis cette rencontre, rien n’a changé selon Mme Herbeuval.

Présentement, le syndicat souhaite informer ses membres et établir un plan d’action pour les mois à venir.

Auteur : Yessica Chavez

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *