La situation des jeunes en CHSLD entre dans la campagne électorale

Un citoyen de Longueuil et père d’un homme de près de 50 ans vivant avec un traumatisme crânien en Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) interpelle tous les partis politique.

Son nom, Jean Hébert, veut que les politiciens profitent de la campagne électorale qui s’amorce pour se prononcer ouvertement sur la mise en œuvre des suggestions 7 et 8 du Mémoire du Protecteur du citoyen.

Les recommandations touchent directement les adultes hébergés en CHSLD.

Leur application pourrait améliorer les conditions de vie de milliers de jeunes avec une déficience tout en libérant un peu les proches aidants.Hébert pense notamment à son fils qui vit en CHSLD et estime que le gouvernement doit garantir à cette clientèle l’accessibilité universelle, des ressources humaines, financières et matérielles disponibles, pour l’égalité des chances.

Il se désole que les jeunes en CHSLD, comme son fils en fauteuil roulant et en Centre, ne représentent pas une clientèle cible pour les politiciens.

Depuis juillet 2014, il s’adresse au ministre de la Santé Gaétan Barrette, sans réponse et sa requête avait reçu un appui unanime des élus de Longueuil.

Auteur : Henri-Paul Raymond