L’opposition à la ville de Longueuil a gagné tous ses points à l’ordre du jour lors de la séance extraordinaire du conseil tenue ce mardi à 15h.

Une séance extraordinaire à Longueuil se solde en faveur de l’opposition

L’opposition à la ville de Longueuil a gagné tous ses points à l’ordre du jour lors de la séance extraordinaire du conseil tenue ce mardi à 15h.

La séance avait été convoquée à la demande des partis de l’opposition pour dénouer notamment l’impasse sur la reprise du travail des commission locales.

Le travail avait été suspendu par le Comité exécutif, le 13 juin dernier.

C’est par vote que la proposition de suspension a été adoptée.

Tous les élus de l’opposition ont voté en faveur, sauf l’indépendante Nathalie Boisclair.

L’Opposition a aussi fait adopté majoritairement une motion de blâme envers Mme Parent et le Comité exécutif pour avoir outrepassé le règlement municipal en suspendant les commissions.

Xavier Léger a rappelé que les commissions dépendent du conseil et non du Comité exécutif.

M. Léger a aussi brandi l’avis juridique qui lui confirmerait ce qu’il avance, avis que le conseiller Éric Beaulieu a dit ne pas avoir vu et a demandé son dépôt, ce qui fut impossible pour M. Léger.

Le conseil a aussi enregistré une motion de confiance à l’endroit du président d’assemblée, Jonathan Tabarah.

C’était parce qu’il n’avait pas donné son accord pour que son nom soit utilisé dans la première convocation de la séance extraordinaire et pour avoir pris position à la séance du 12 juin sur la réglementation sur les chiens dangereux.

Selon Monique Bastien, du camp de la mairesse, c’est une faute pour un président d’assemblé.

Mme Parent a mentionné que les dossiers auraient pu être traités sans la tenue d’une telle séance.

selon le cabinet de la mairesse, les commissions ne sont pas automatiquement relancées, il en appartient au Comité exécutif de l’ordonner au directeur général pour les soutenir administrativement.

Auteur: Henri-Paul Raymond