Santé mentale: un enjeu de taille pour les nouveaux arrivants

Déqualification, barrière linguistique, isolement, de nombreux défis viennent affecter le bien être psychologique des nouveaux arrivants.

Une situation que connait bien Longueuil, alors qu’en 2016, environ 17% de sa population était issue de l’immigration.

Selon Eve Palardy, conseillère accueil et intégration au Carrefour le Moutier, le parcours migratoire fait vivre des émotions intenses que même la préparation ne peut prévenir.

 Plusieurs facteurs comme l’absence de barrières culturelles, avoir déjà un emploi qui nous attends, connaître le pays d’accueil et l’avoir visité peuvent favoriser l’intégration.

D’autres, explique Mme Palardy, complexifient la tâche.

L’intervenante souligne le manque de services en santé mentale auprès des nouveaux arrivants qui doivent affronter un système qu’ils ne connaissent pas.

Certains ont besoin de services dans leur langue d’origine, ou spécialisés en interculturel, ressources peu présentent sur la Rive-Sud ce qui poussent plusieurs à se rendre à Montréal.

Mme Palardy souligne qu’il reste encore beaucoup de sensibilisation à faire.

Elle donne d’ailleurs un atelier complet d’une durée de six heures aux employeurs, services en santé, autres organismes et mêmes aux citoyens ou elle met à disposition de nombreux outils pour faciliter la transition des personnes immigrantes.

Auteure: Emilie Tremblay