Richard Merlini n’est pas étonné du départ de son adversaire caquiste

Le député libéral sortant dans La Prairie, Richard Merlini, n’est aucunement surpris de la décision du candidat de la Coalition Avenir Québec, Stéphane Le Bouyonnec, de quitter l’arène politique.

Ce qui le surprend, c’est qu’il n’ait pas pris cette décision plus tôt en campagne.

Le président de la CAQ et candidat dans La Prairie se retire de la campagne pour ne pas nuire à son parti à la suite des informations sur son association à une entreprise qui faisait des prêts à haut taux d’intérêt.

Selon le libéral Merlini, c’est une autre preuve des valeurs douteuses de la CAQ,

Il ajoute que la présence de la Coalition ne lui causait aucun obstacle pour aller chercher un second mandat, mais que les électeurs lui manifestaient un mal à l’aise face aux opérations passées de M. Le Bouyonnec.

 

Selon lui, la bonne gestion du PLQ pendant les quatre dernières années et son bilan personnel se veulent un atout pour sa candidature.

Auteur : Henri-Paul Raymond