Le Parti Québécois remet en cause le REM

Accompagné de plusieurs députés, le chef de l’opposition Jean-François Lisée a dévoilé ce matin un projet pour remplacer le Réseau Express Métropolitain (REM).

Avec « Le Grand Déblocage », le Parti Québécois entend mieux faire que le REM déjà prévu, s’il est élu en octobre prochain.

C’est l’avis que partage le député de Verchères, Stéphane Bergeron.

L’objectif annoncé est de réduire de 10% le nombre de véhicules et ainsi la congestion routière en créant davantage de transports en commun avec notamment un tram-express pour la Rive-Sud.

Cette ligne pourrait aller de Saint-Constant à Chambly en passant par le Métro Longueuil et le Cégep Édouard-Montpetit et serait complétée par des lignes de bus rapides.

Des infrastructures sont pourtant déjà en construction pour le futur REM, mais ce n’est pas un problème selon Stéphane Bergeron.

 

Le nouveau projet garde donc les mêmes infrastructures que le REM pour la Rive-Sud mais prévoit d’autres trains de plus grande capacité.

Côté budget, il reste le même que le REM à 7,4 milliards de dollars.

Le Parti Québécois espère toutefois que son projet soit éligible au fond vert apportant 1 milliard de dollars.

Ce n’est pas le cas du REM car il ne réduit pas suffisamment les émissions de gaz à effets de serre.

En cas d’élection, le PQ devra encore convaincre la Caisse de dépôts et placement du Québec qui prend en charge une bonne partie des coûts du REM avec 3 milliards de dollars.

Auteur : Valentin Danré