Martin Murray a des réserves sur certaines dépenses faites par l’agglomération

Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville vote souvent contre des propositions prises lors des séances de l’agglomération de Longueuil.

Les réserves de Martin Murray sont surtout relatives aux impacts réels sur sa ville et des montants qu’elle doit versés.

À titre d’exemple, le maire Murray a mentionné, au début du mois, des postes de dépense qui, selon lui, n’ont aucun rapport avec Saint-Bruno ou des dépenses mal départagés entre les cinq villes.

Il a parlé, entre-autres, d’une somme de près de 4 M$ consacrée à la fourniture de services professionnels en architecture, études préparatoires, plans et devis, surveillance de travaux et ingénierie pour le parc immobilier de Longueuil.

Il s’interroge aussi sur des montants qui vont à des services professionnels juridiques en relation de travail, à un protocole d’entente entre Longueuil et l’OSDL ou pour l’acquisition d’un logiciel de gestion pour horodateur électronique.

Auteur : Henri-Paul Raymond