L’opposition à Longueuil réclame la mise en place d’un registre national des morsures de chiens

Les élus de l’opposition à Longueuil réitèrent leur demande pour la mise en place d’un registre national des morsures de chiens potentiellement dangereux, dans la foulée du projet de règlement pour l’encadrement des chiens déposé le 15 mai par le gouvernement du Québec.

Pour le chef de l’opposition, Xavier Léger, la mise en place d’un registre national des morsures est cohérente avec l’article 15 du projet de règlement actuellement à l’étude, qui donne les pouvoirs à une municipalité locale de déclarer un chien potentiellement dangereux. Précisons «qu’une déclaration ou une ordonnance rendue par une municipalité locale s’applique sur l’ensemble du territoire du Québec». Dans ce contexte, un registre national permettra à l’ensemble des villes et aux corps policiers de disposer du portrait le plus juste des chiens potentiellement dangereux sur leurs territoires respectifs.

Pour Steve Gagnon, conseiller municipal du district Fatima-du Parcours-du-Cerf, «les municipalités doivent être en mesure d’assurer la traçabilité des chiens déclarés dangereux qui entrent et sortent de leur territoire.»

Rappelons que l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) a proposé la mise en place d’un registre national des chiens mordeurs, à l’occasion des consultations particulières du projet de loi 128 en mars 2018.

Auteure: Caroline Dionne