Les adversaires de Réjean Hébert ne craignent pas sa venue

Les adversaires du nouveau candidat à l’investiture du Parti libéral du Canada dans Longueuil-Saint-Hubert doutent de son choix politique.

L’ex-ministre de la Santé, sous Pauline Marois entre 2012 et 2014, Réjean Hébert, ne semble susciter aucune inquiétude chez ses potentiels opposants, s’il réussit bien sûr à traverser l’étape de l’investiture contre Éric Beaulieu.

Le conseiller municipal Éric Beaulieu, qui brigue également l’investiture dans Longueuil-St-Hubert sous la bannière libérale, n’a pas été pris de court par l’annonce de Réjean Hébert, mais en est surpris.

M. Beaulieu avait signifié son désir de devenir député libéral au fédéral en février dernier et prévoit de saines confrontations sur les valeurs du parti avec son adversaire.

Il assure que sa principale ambition est de servir les citoyens de la circonscription

Pierre Nantel va représenter une particularité québécoise du NPD aux élections

Le député néo-démocrate depuis huit ans, Pierre Nantel doute que le Sherbrookois connaisse bien les enjeux et réalités de la circonscription.

Il croit que la nature nationaliste de la région doit être portée à Ottawa, comme il l’a fait au cours de ses deux mandats.

Par contre, Pierre Nantel dit que, comme le font les libéraux, M. Hébert ne pourra pas défendre les intérêts des Québécois à Ottawa.

Pour le candidat du Bloc Québécois Denis Trudel, cette annonce est difficile à comprendre.

Le bloquiste affirme que M. Hébert veut surtout une limousine pour réaliser un projet en santé.

Denis Trudel dit que sa motivation première devrait être de représenter et servir les gens d’ici, mais il ne sent aucune volonté de la part de l’ex-ministre.

Malgré tout, Denis Trudel souhaite la bienvenue à M.Hébert.

Le candidat conservateur, Patrick Clune trouve étrange qu’un souverainiste joigne les rangs du PLC.

Il rappelle que les libéraux ont rapatrié la constitution sans le Québec, défait l’Accord du lac Meech et fait l’achat du pipeline.

Patrick Clune dit que sous le gouvernement Marois, M. Hébert, alors ministre, a accepté le forage sur l’île d’Anticosti et accepté la cimenterie de Port-Daniel.

Auteur: FM 103,3