Un citoyen de Saint-Bruno veut voir disparaître les terrains synthétiques

Un citoyen de Saint-Bruno-de-Montarville, André Beaudoin, aimerait que la Ville envisage de retirer les terrains de sport synthétiques pour la sécurité des utilisateurs.

Les composantes de ces terrains sont de granulats de caoutchouc issus de pneus recyclés, d’anciens joints de machines à laver ou de portières.

Il affirme que des études semblent confirmer que ce type de revêtement peut être cancérigène, ce que dément l’industrie du synthétique.

Beaudoin demande aux élus de remplacer le synthétique des parcs La Rabastalière et Marie-Victorin.

 

Le maire Martin Murray ne rejette pas la proposition du revers de la main, se dit sensible à ces éléments.

Le conseiller Joël Boucher affirme de son côté avoir fait des recherches et avoir trouvé une multinationale française qui utilise de nouveaux matériaux.

 

Auteur: Henri-Paul Raymond