Chronologie d'une crise chez Action Longueuil

Chronologie d’une crise chez Action Longueuil

La crise qui secoue Action Longueuil a pris ses racines dans l’annonce du départ de Caroline St-Hilaire de la vie politique au terme de son mandat comme mairesse de Longueuil.

Voici la chronologie des évènements :

22 février : Caroline St-Hilaire annonce son départ de la vie politique au terme de son mandat lors d’un dîner spécial de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud.

Elle demeurera mairesse jusqu’au 5 novembre, mais quitte la chefferie du parti afin que celui-ci puisse lui trouver un remplaçant avant le début de la campagne électorale.

5 mars : Le parti Action Longueuil affirme qu’il n’y a pas de presse à remplacer Caroline St-Hilaire.

Lors d’une entrevue avec le FM 103,3, la présidente du parti affirme que le prochain chef devrait avoir une certaine expérience en gestion de ville.

Une affirmation qui semble excluer de facto certains membres du caucus.

Il est toutefois décidé que le prochain chef d’Action Longueuil sera choisi par les membres du caucus et que ceux-ci se rallieront au gagnant du vote.

Sylvie Parent, que certains commentateur politiques désignent comme la dauphine de Caroline St-Hilaire est une des candidates à la chefferie.

Josée Latendresse signifie également son intérêt.

Le tout se passe à l’interne du parti.

Au terme du vote, c’est Josée Latendresse qui ressort gagnante. Or ce résultat ne plaît pas à tous et certains membres refusent de se rallier à la gagnante.

9 mars : Action Longueuil confirme qu’il y aura une course à la chefferie et dévoile les modalités de celle-ci. La période de mise en candidature aura lieu du 10 au 25 mars.

10 mars : Josée Latendresse annonce sur Facebook qu’elle sera candidate au poste de chef d’Action Longueuil.

15 mars : En avant-midi, Josée Latendresse dépose son bulletin de candidature, officialisant ainsi son intention de devenir la prochaine chef.

En après-midi, Sylvie Parent annonce qu’elle sera également candidate à la chefferie.

21 mars : Sylvie Parent officialise sa candidature en déposant son bulletin auprès du parti.

27 mars : Alors que la mairesse Caroline St-Hilaire est restée officiellement neutre dans cette course, son mari et député bloquiste, Maka Koto, donne son appui à Sylvie Parent.

7 avril : Certains conseillers se font refuser l’accès au cabinet de la mairesse.

L’équipe de Josée Latendresse allègue qu’ils se font traiter comme s’ils étaient conseillers de l’opposition, alors que l’entourage de la mairesse affirme que ce sont plutôt tous les conseillers non-membres de l’exécutifs qui n’ont plus accès au cabinet.

Vers 9h du matin, la mairesse sortante envoie une lettre aux membres d’Action Longueuil affirmant :

«Je me désole de constater que la candidate Josée Latendresse a utilisé à maintes reprises, sans mon consentement, mon image tout au long de sa campagne. Or, parce qu’elle a tenté de vous induire en erreur et de vous cacher de l’information et pour plusieurs autres raisons, non, je n’appuie pas la candidate Latendresse. Je suis préoccupée, car la campagne de Josée Latendresse s’inscrit en complète rupture avec les valeurs que sont l’éthique, la loyauté et l’intégrité, que j’ai défendues tout au long de ma carrière politique.»

8 avril : L’équipe de Sylvie Parent envoie un communiqué aux médias affirmant que des actes d’intimidation à l’égard de supporteurs de Mme Parent ont été commis. Ils rapportent également que certains membres du parti qui appuyaient la candidate Parent ont reçu un appel que le vote du lendemain (9 avril) été annulé.

9 avril : Le vote se conclue avec un gain de Sylvie Parent à 53%.

Dans la salle, le parti est visiblement divisé puisque la moitié, environ de la salle, saute de joie, alors que l’autre moitié reste silencieuse et déçue.

À ce moment-là, Josée Latendresse ne précise pas ses intentions sur son ralliement au parti ou pas.

11 avril : Josée Latendresse, Nathalie Boisclair, Jacques Poitras, Benoît L’Ecuyer, Xavier Léger, Sylvain Joly, Michel Lanctôt, Stéphane Richer décident de quitter Action Longueuil pour sièger comme indépendants.

La présidente du parti, Lyette Bouchard, démissionne également de ses fonctions. La fin du mandat de Mme St-Hilaire s’annonce donc ardue car avec cette défection, l’équipe d’Action Longueuil se retrouve en minorité au conseil de ville avec cinq élus, contre dix indépendants. Il s’agit d’une première sous l’ère St-Hilaire.

Josée Latendresse ne cache pas son intention de briguer la mairie aux prochaines élections, mais affirme qu’il est trop tôt pour former un parti d’opposition.

Pour sa part, Sylvie Parent ne comprends pas l’attitude des élus nouvellement indépendants et affirme vouloir collaborer avec eux pour le bien des citoyens.

Auteur : Yessica Chavez

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *